Team coaching, Astérix et le village gaulois

asterix2 

Tel le village d’Astérix, notre pays résiste au coaching venu des pays anglo-saxons. Quelles en sont les causes ?

Astérix habite un village gaulois qui, toujours, résiste à l’envahisseur romain.

Osons un parallèle. Le coaching a largement conquis les pays anglo-saxons . Il rencontre dans notre beau pays une sérieuse résistance.

Les causes me paraissent multiples :

– Le coaching est d’origine anglo-saxonne et le décalage culturel persiste avec notre fond latin.

– Le coaching amène le client à se poser les “bonnes“ questions et à apporter ses solutions. Or on est encore dans une posture où l’on attend d’abord des réponses.

– Le coaching donne une place aux émotions dans les entreprises et les organisations. Notre culture cartésienne a tendance à donner la prééminence à la raison.

– Le coaching s’intéresse d’abord aux relations entre les personnes au travail. Or la France est un pays de culture psychanalytique, qui s’intéresse aux conflits intrapsychiques. Entre soi et soi.

Nous sommes, nous Français, encore interrogatifs sur le coaching. Est-ce à dire qu’il est inefficace ?

Non, vous répondent les 95 % de personnes satisfaites du coaching.

J’ai une certitude : les 50 % de mes compatriotes rétifs au coaching ont sans doute leurs raisons.

Je pense aussi que dans le contexte mouvant qui est le nôtre, la posture de coach est un outil légitime d’accompagnement du changement. Aux côtés du conseil et de la formation.

Ah, et puis pour finir : dans la réalité, la Gaule a assimilé les apports de la civilisation romaine. Résultat de cette rencontre : la société gallo-romaine.

CONCLUSION : D’origine anglo-saxonne, le coaching rencontre de fortes résistances chez nous. Son efficacité est pourtant prouvée , aux côtés d’autres formes d’accompagnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *